Hiérarchies: Pourquoi obéissez-vous?

hiérarchies

Depuis que les humains ont essayé de s’organiser ensemble, les hiérarchies sont apparues. Les hiérarchies se sont basées sur des principes et valeurs qui ont évolué au cours du temps. Ainsi, nous acceptons les hiérarchies parce que nous acceptons les valeurs qui les font fonctionner. Pourtant parfois, nous pouvons souffrir de ces hiérarchies, et nous nous demandons pourquoi devrions-nous continuer à obéir à d’autres personnes? Qui sont ces personnes qui se donnent le droit d’être au-dessus des autres? l’organisation hiérarchique est-elle indispensable pour le bon fonctionnement d’une société?

Au fil de l’évolution de l’humanité, nous sommes passés par plusieurs types de hiérarchies qui correspondent aux stades de la spirale de l’évolution.

Nous obéissons sans en connaître la raison, et cela nous pèse. Pour arrêter d’obéir, il est important de connaître les raisons pour lesquelles nous obéissons. Cela permettra dans un deuxième temps de se prendre soi-même en charge, prendre la responsabilité de sa vie. Ce n’est pas une chose facile. Il est souvent tellement plus simple de suivre ce que demande une personne hiérarchiquement supérieure…

Hiérarchies par les croyances magiques

Il y a environ 50 000 ans, des tribus se sont organisées autour d’un chaman, qui est un magicien relié à des divinités. Le chaman se dit capable de dialoguer avec les divinités par un lien accepté comme magique. Il traduit aux membres de la tribu, la volonté des divinités. Le chaman exerce ainsi son pouvoir sur la tribu, qui accepte ses ordres sous prétexte qu’il est reconnu capable d’interpréter les signes que lui envoient les diverses divinités auxquelles croient les membres de la tribu.

Ce sont typiquement les tribus amérindiennes dans lesquels le chaman règne en maître, et transmet des règles et traditions ancestrales. Il peut même aller jusqu’à sacrifier des membres pour satisfaire le soi-disant souhait d’un dieu. En fait, chaque sacrifice lui permet d’asseoir un peu plus son autorité.

De nos jours, les croyances en la magie du monde existent encore, et certaines personnes continuent à se soumettre à des voyants, des gourous de secte, ou des guides spirituels qui leur imposent ce qu’ils doivent faire dans la vie au nom d’un dieu ou d’un être supérieur.

Au niveau d’une entreprise, on peut également retrouver ce type de hiérarchies dans des entreprises familiales où les décisions vont se baser sur le savoir des anciens. Les valeurs clés qui vont imposer l’acceptation de la hiérarchie sont le respect des coutumes et des traditions.

Hiérarchies par la peur

Il y a environ 10 000 ans, certaines tribus plutôt guerrières se organisées autour d’un chef. Le chef qui commande est celui qui a réussi à accéder au pouvoir par la force physique. Il tire sa légitimité de sa force physique. Cette légitimité lui permet de commander à sa tribu par la force, dans une relation domination-soumission. Dans la tête des personnes de ce type de hiérarchies, il y a une peur du chef qui les oblige à accepter ce qu’il commande. Le chef lui-même vit dans la peur d’être renversé par plus fort que lui.

On retrouve ce type de hiérarchies au niveau de pays gouvernés par des dictateurs.

Dans notre société, on peut trouver des groupes d’humain qui vivent dans ce type de hiérarchies: ce sont typiquement les divers gangs, bandes et mafia, ou même supporter d’équipes de sport.

Au niveau de l’entreprise, il est également possible de rencontrer ce type de hiérarchique, et cela dénote plutôt d’un problème dysfonctionnel. Les valeurs clés qui vont imposer l’acceptation de la hiérarchie sont l’honneur, le courage.

Hiérarchies par le statut

Il y a environ 5000 ans, certaines tribus devenant de grandes tailles se sont organisées en donnant un statut à chacun, ce qui permet de stabiliser largement les tribus qui ont adopté ce mode de fonctionnement hiérarchique. Le statut est le plus souvent un héritage de ses parents, le fils du Roi devient roi, le fils de militaire devient militaire, le fils d’artisan devient artisan, …. Celui qui a un statut plus élevé va commander à celui qui a un statut moins élevé, en se référant à une règle. Celui qui a un statut moins élevé va obéir à la règle que va lui rappeler son supérieur. Le respect des règles assure une grande stabilité de ce type d’organisation hiérarchique.

Ce type de hiérarchies est encore très présent dans de nombreuses organisations, comme l’école, l’armée ou l’église.

Au niveau de l’entreprise, on retrouve ce fonctionnement dans les structures pyramidales, où les décisions sont cascadées par les niveaux hiérarchiques supérieurs, vers les niveaux hiérarchiques inférieurs. La valeur clé qui va permettre à ce type de hiérarchie de fonctionner de façon optimale, est le respect de l’ordre. Ce sera un gage de stabilité de l’organisation.

Hiérarchies par la compétence

C’est principalement avec la révolution industrielle que ce type de hiérarchies est apparu à grande échelle, dans les entreprises dont le but était de faire le maximum de profit. Le besoin de compétences devient important pour faire fonctionner les entreprises de façon optimale. On ne peut plus se contenter d’avoir à la tête d’une entreprise performante, le fils ou petit fils du fondateur de l’entreprise; car son manque de compétence peut être fatal à l’entreprise. La hiérarchie s’établit selon le niveau de compétence réel ou perçu selon une méritocratie basée sur l’effort pour acquérir des compétences.

Ce type de hiérarchies est le plus présent dans les entreprises actuelles. Le niveau hiérarchique découle souvent des diplômes obtenus, dans un premier temps. Plus vous travaillez dur, plus vous avez de compétences, plus vous avez de pouvoir de commander à un nombre élevé de personnes. Chacun va suivre les personnes qu’ils considèrent comme plus compétentes. Les valeurs clés qui permettent à ce type de hiérarchies de fonctionner de façon optimale sont la compétence, l’intelligence.

Remise en cause des hiérarchies

La majorité des personnes de notre époque sont capables de comprendre les limites, et les défauts des hiérarchies par la magie, la peur, et le statut. Concernant les hiérarchies par la compétence, elle est encore largement acceptée, et rarement remise en cause, car c’est le système majoritaire à notre époque actuelle.

C’est l’école qui depuis le plus jeune âge nous a fait accepter ce principe, que celui qui travaille le plus à l’école a plus de mérite, et a donc le droit de commander à des personnes qui auraient moins de mérite. Ce système de méritocratie semble avoir plutôt bien fonctionné en ce qui concerne la performance des entreprises, et tous les progrès technologiques.

Prenez du recul, pourquoi les personnes qui réussissent moins bien à l’école devraient obéir à celles qui réussissent le mieux?

Pourquoi au nom d’une supposée meilleure compétence, le moins compétent devrait-il obéir au plus compétent? Pour faire plus de profits dans l’entreprise peut-être. Dans quel but faudrait-il faire plus de profits? ET quel est alors le but individuel d’accepter ce principe de méritocratie?

Pourquoi obéissez-vous?

Nous obéissons parce que nous croyons en des valeurs comme la coutume, la tradition, l’honneur, le courage, l’ordre, la compétence, l’intelligence. Selon l’organisation, la croyance dans ces valeurs permet de maintenir une stabilité sous forme de hiérarchie des humains.

Reprenez votre vie en main

Pourtant, à partir d’un moment, l’obéissance devient tellement pesante, et tellement inacceptable que nous remettons en cause ces valeurs imposées par la société, ou héritées d’une éducation.

C’est alors le moment de prendre vos responsabilités, de prendre votre vie en main, et de décider dans quelle direction vous voulez aller.

Cela ne signifie pas qu’il faille remettre en cause la stabilité des organisations hiérarchiques, elles ont leur utilité.

Dans un premier temps, il est important d’avoir intégré le fonctionnement de tous ces systèmes hiérarchiques, par la magie, la peur, le statut et la compétence. Ce qui permet, dans un deuxième temps, de décider de les utiliser aux moments opportuns par rapport à ce que vous aurez décidé de faire.

Votre personnalité

Êtes vous plutôt Philosophe, Novateur, Animateur, Gestionnaire, Stratège, Compétiteur, Participatif, ou Solidaire?

Lancez les questions

Laissez un commentaire: